Instaurons une  langue commune 
pour  l'Europe  !

 AlterEuropa est un  mouvement citoyen  qui promeut une Europe plus  souveraine, démocratique et fraternelle  grâce à une langue commune :  le nouveau latin

UNE MEILLEURE EUROPE EST POSSIBLE

super_man (2).png
 Autonomie affirmée 

Pour défendre ses emplois et ses valeurs, l'UE doit être indépendante des autres grandes puissances. Elle doit être autonome et coopérative, ce qui passe notamment par l'usage de sa propre langue.

user_group (2).png

 Démocratie et équité 

Travaillons dans notre propre langue, plus précise et 10x plus rapide à apprendre que l'anglais. Exigeons que tous les citoyens européens soient égaux, sans discriminations entre locuteurs natifs et les autres.

group_presentation (1).png

 Grands projets 

Retrouvons l'Europe des grands projets qui ont fait sa force : Airbus, Ariane, Erasmus,... Sur le plan industriel bien sûr, mais aussi identitaire : avec l'adoption d'une langue commune.

 

 DES FAIBLESSES A RÉSOUDRE 

security (1).png
 Protection insuffisante 

L'Europe peine à protéger ses citoyens des nouvelles menaces économiques, géopolitiques, migratoires, sanitaires...

soumission-culturelle.png

 Soumission culturelle 

En théorie, les élus et fonctionnaires européens sont censés travailler simultanément en 24 langues officielles.

 

Dans les faits, tous les échanges se font dans la langue de la première puissance mondiale (les Etats-Unis).

economie-affaiblie.png

 Economie affaiblie 

Les nouveaux géants économiques naissent aux Etats-Unis et en Chine (Google, Amazon, Alibaba, Tencent,...) : l'Europe sera bientôt dépassée technologiquement et économiquement.

LA SOLUTION :

ADOPTONS UNE VARIANTE MODERNE DU LATIN

Le nouveau latin est une variante du latin classique, adapté aux besoins du monde actuel.
Héritier d’une histoire et d’une culture plurimillénaire, enrichi d’un vocabulaire moderne, débarrassé des déclinaisons et autres complexités grammaticales inutiles, il conserve la richesse et la précision du latin mais s’apprend 20 fois plus rapidement que le latin classique. ​

   "Le projet européen le plus ambitieux depuis la fusée Ariane"   

rocket_launch_.png
 Rapide à apprendre 

L’apprentissage du latin moderne est 10x plus rapide que les autres langues :

  • Les mots s’écrivent comme ils se prononcent (pas de lettres muettes)

  • Grammaire entièrement régulière (pas de verbes ni pluriels irréguliers, etc.)

  • Conjugaison simple et régulière

  • Des préfixes et suffixes permettent de construire et comprendre les mots très facilement

  • Vocabulaire proche de nombreuses langues européennes

entrepreneurs (1).png

 Moderne et actuel 

Résolument actuel, le latin moderne garantit l’égalité entre les sexes :

  • Par exemple, les noms de profession désignent toujours les deux genres : ainsi « acteur » et « actrice » sont traduits par le même mot

  • Il ne comporte aucune règle du type « le masculin l’emporte sur le féminin »

colosseum.png

 Le latin est déjà présent 

Lorsque l'Union européenne cherche des références culturelles communes, c'est toujours le latin qui est utilisé :

  • En 2000, la devise de l'UE est adoptée en latin : In varietate concordia

  • L'hymne européen n'a officiellement pas de paroles : ceux qui veulent le chanter se tournent vers le latin

  • La Societas Europaea, entité juridique européenne, porte un nom latin

  • Innombrables inscriptions en latin sur nos monuments et églises

Visitez le site de l'Académie du latin moderne pour accéder aux règles complètes,
vocabulaire de base, et des cours faciles et amusants pour découvrir la langue

Exigeons que les administrations européennes travaillent en nouveau latin !

Soyons indépendants des autres grandes puissances

Ce sont nous, les Indiens connaissant l'anglais, qui avons asservi l'Inde.

Aucun pays ne peut devenir une nation en produisant une race d'imitateurs. 

Mahatma Gandhi

Le véritable or noir de la Grande-Bretagne n'est pas le pétrole de la Mer du Nord, mais la langue anglaise. 

The British Counsel

Imposer sa langue, c'est imposer sa manière de penser. 

Claude Hagège